Histoire de la promesse EI

Le 27 mai 1923 à la fin d’une sortie – visite du château de Versailles – du patronage B.L.E. (Boursiers Lauréats des Écoles) pendant que les autres jeunes du patronage prenaient leur goûter dans les dépendances de la synagogue de Versailles, les sept premiers Éclaireurs israélites de France de la patrouille des Bluets prononcèrent leur promesse.

En présence du grand rabbin Liber (qui ne manquait aucune sortie du patronage) et des chefs Robert Gamzon (Castor soucieux) et André Kisler-Rosenwald (Cigogne souriante), un drapeau tricolore fut posé sur la Téba (tribune de l’officiant), face à l’Aron Hakodech (arche sainte) renfermant les rouleaux de la Tora. Tour à tour, chefs et garçons vinrent faire le salut scout et promettre de :

  • Servir Dieu, le judaïsme et la France,
  • Rendre service en toute occasion,
  • Obéir à la loi de l’Éclaireur.

La cérémonie se termina par la récitation du Chéma.

EIF_promesse_1920

insigne de promesse EIF (de 1925 à 1940)

Le texte de promesse évoluera légèrement dans les années 1950 et 1960 :

« Je promets sur mon honneur, avec l’aide de Dieu, de faire tout mon possible pour :

  • Rendre service en toute occasion,
  • Aimer et servir de tout mon coeur le Judaïsme et la France,
  • Obéir à la loi de l’Éclaireur.»

Ei1940

insigne de promesse EIF (de 1941 à 1969)

 

Au Conseil National EEIF de Port Mort en 1969, il est décidé l‘abandon de la triple promesse de Baden-Powell parce que la référence explicite à « Dieu » n’est pas satisfaisante d’un point de vue juif.

En français, c’est un mot « passe-partout » employé un peu trop facilement, comme si nous étions capables de définir notre Créateur… Par respect, les Juifs préfèrent éviter de l’employer (ce qui ne les empêche pas de l’utiliser avec prudence).

Le mot « Dieu » pose aussi problème : étymologiquement, il vient de « Zeus », ce qui le rend inconvenant dans des textes de pensée ou d’éducation juive, où l’on se doit de bannir toute référence païenne.

C’est pourquoi le texte de promesse des EEIF est un engagement pris par rapport à la loi scoute qui contient les différentes dimensions de la loi et de la promesse scoute d’origine, conformément aux constitutions de l’OMMS et de l’AMGE.

Depuis 1969, le texte officiel de la promesse EEIF est : « Je m’engage à vivre la Loi des Éclaireuses et éclaireurs israélites de France.»

Ei1970

insigne de promesse EEIF (de 1969 à 1981)

 

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest