Les premiers insignes EIF

De leur création dans les années 1920 jusqu’à la création de la fédération du Scoutisme français (dépôt des statuts le 24 décembre 1940), les EIF utilisèrent cinq insignes nationaux :

EIF pré 1940

castor_unif1. Trois insignes de progression

L’insigne d’aspirant (premier niveau de progression) est un Maguen David bleu (rouge sur le chandail) découpé à l’emporte-pièce dans du feutre et cousu sur la poche gauche de la chemise.

 

 

EIF_joie

Merci à Guépard (JHC) pour ce document !

Aujourd’hui encore, le Maguen David formé avec les trois azimuts est le symbole de la progression EEIF.

azimut_2016

 

  L’insigne de 2e classe (deuxième niveau de progression) est une banderole blanche à coudre sur la manche gauche, où figure le texte : « E. I. TOUJOURS PRÊT » brodé en rouge.

(en attente photo)

 

  L’insigne de 1re classe (troisième niveau de progression) est un insigne brodé de forme ronde à coudre au-dessus de l’insigne de 2e classe, où figure l’emblème de l’association.

(en attente photo)

 

2. Un insigne EIF de promesse métallique de forme ronde (diamètre 30 mm) qui s’épinglait sur le devant du chapeau « quatre bosses ».

EIF_promesse_1920

3. Un insigne EIF dit « civil » porté à la boutonnière (insigne de promesse en réduction de 18,5 cm de diamètre, porté sur la photo par Chef Fleg et Castor).

200px-Gamzon_fleg

Voici l’emblème des EIF imprimé sur le « Livret individuel de l’éclaireur » en 1928.

eif_livret_individuel_1928

 

Informations sur l’uniforme et la réglementation sur le port des insignes pour les Éclaireurs EIF (1936)

Merci à Anthony CCh-Scoutisme pour ce document !

EIF_uniforme_1930_1EIF_uniforme_1930_2 copie

Le symbole choisi à l’origine comme emblème et insigne de promesse des Éclaireuses éclaireurs israélites de France y est décrit ainsi : le Sceau du Roi Salomon* (les deux lions de Judée protégeant la Loi) posé sur la banderole « Toujours prêt ».

* Le sceau de Salomon est le Maguen David, bouclier de David.

EEIF_original_promesse

Comment protéger les Dix Paroles chez les scouts juifs ? Par la qualité des activités proposées, assurant ainsi une transmission dynamique d’une histoire et d’un héritage culturel et cultuel. Le Dor VaDor, de génération en génération.

Dans la sidra Vayé’hi, nous découvrons les bénédictions que Yaakov adresse à chacun de ses enfants, sentant la fin de ses jours arriver. Dans la bénédiction adressée à Yéhouda, le leader parmi ses frères et celui dont les Rois d’Israël descendent, son père déclare : « Il se courbe, il se couche comme un lion et comme une lionne. Qui le ferait lever ? » (Béréchit 49, 9).

De manière intéressante, on peut faire un parallèle avec les paroles placées par Hachem dans la bouche du prophète Bilam au sujet des Bné Israël : « [Le peuple juif] est accroupi et couché comme un lion et comme un félin. Qui le ferait lever ? » (Bamidbar 24, 9). 

« Un certain nombre d’animaux peuvent être dominés ou apprivoisés ; mais « le lion apprivoisé n’existe pas », enseignent nos Sages. Certes, exilé et soumis à des cultures étrangères à plusieurs reprises de son histoire, le peuple qui traverse le temps et les civilisations ne ressemble pas moins à un lion accroupi, qui paraît soumis mais n’est jamais conquis. Car nul de peut nous imposer son avis et aucune force ne peut nous contraindre.» (Ouriel Amsellem)

 

 

Vareuse, foulard et bague de foulard EIF (1945-1947)

EIF_vareuse

EIF_foulard

EIF_bague_foulard

 

 

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest