MINOLTA DIGITAL CAMERA

Compagnons et aînés

200px-EEIF_bouclesBA

« Être utile aux autres est le loyer qu'on paie pour vivre sur cette terre.» (Baden-Powell)

Les Compagnons - signifiant « ceux avec qui l’on partage le pain » - sont la branche rouge des Éclaireuses et éclaireurs israélites de France (EEIF).

C’est le terme de la proposition éducative EI où de jeunes adultes - à partir de 18 ans - construisent et vivent des projets avec les différentes générations qui les ont précédés, appelées les Aînés.

Ils sont au service des plus jeunes pour enrichir les activités proposées, à la demande des responsables de branches et des groupes locaux de leur région.

 

Conseil national EEIF décembre 2009 – scoutisme motion 8

La commission scoutisme constate qu’au delà de la branche perspective, il n’existe pas de cadre d’accueil pour des actifs à partir de 18 ans ne souhaitant pas ou plus s’investir dans les structures actuelles du mouvement.

La commission confirme la validité de la motion votée lors du CN de 2001 :
Nous proposons que soit crée une nouvelle branche avec un double objectif :

  • apporter un soutien dans divers domaines au mouvement et aux groupes locaux.
  • développer au sein des EI des projets spécifiques.
  • Nous précisons que cette branche n’est pas rattachée particulièrement à un groupe local afin notamment d’éviter que les membres de cette branche s’immiscent exagérément dans la vie des groupes locaux.
  • Il est bien précisé en conséquence que l’intervention de cette branche dans les groupes locaux se fera à la demande de ceux-ci.
  • Ce nouveau cadre d’engagement devra être précisé dans une «charte d’engagement» acceptée individuellement par chacun d’entre eux.

La commission demande sa mise en application.

Devise des Compagnons EEIF :

?אם אין אני לי, מי לי? וכשאני לעצמי, מה אני? ואם לא עכשיו, אימתי

« Im ein ani li, mi li ?
 Oukhchéani lé-atsmi, ma ani ?
 Véhim lo hakhchav, émataï ? »

« Si je ne suis pas pour moi, qui le sera ?
 Et si je ne suis que pour moi, que suis-je ?
 Et si ce n’est maintenant, quand ? »

Hillel – Pirké Avot, Maximes des Pères – 1:14

La route des compagnons EI

Les Compagnons et Compagnes EI proposent aux garçons et aux filles adultes d’appartenir à un réseau national appelé « Route EI » pour agir, servir, étudier, chercher au-delà de l’action, se soutenir et progresser. Ensemble, les Compagnons EI échangent, se forment, voyagent, entreprennent. La Route EI est animée par des coordinateurs régionaux et nationaux qui sont des aînés

Tout en développant leurs projets spécifiques, les Compagnons EI sont au service du mouvement selon leurs savoir-faire, formations et expériences.

La Route EI fonctionne d’une façon particulière au sein du mouvement : les Compagnons s’organisent en effet en réseaux suivant les projets ou les actions à mener au plan local, national et international.

La Route EI conduit ainsi chaque jeune adulte, d’étapes en étapes, à se prendre en charge et à devenir autonome : devenir un aîné. Les Compagnons EI s’engagent, individuellement et collectivement, à avoir un comportement qui fasse honneur à notre Mouvement.

S’adressant en priorité aux jeunes qui ne se destinent pas à l’animation ou qui ont fini d’animer, la Route EI est ouverte à toute personne motivée, désireuse de s’impliquer dans la réalisation de projets sociaux, humanitaires, militants, et de faire bénéficier le mouvement de son expérience, de son savoir-faire.

Au service du mouvement, les Compagnons portent un même foulard national :

  • fond marroncouleur de la terre, Adama en hébreu : « IHVH-Adonaï Elohîms forme le glébeux Adâm, poussière de la glèbe Adama. » ­ (Beréchit 2,7— traduction Chouraqui)
  • bordé rougecouleur choisie par Baden-Powell pour symboliser la branche aînée.

ainsi que les flots de la Haute Patrouille de leur groupe local.

EEIF_2018_foulard_compagnonsEEIF_2018vareuse_compagons

Les Animateurs et Responsables de branches, les Formateurs, les Chefs de camp, sont des Compagnons à part entière qui ont pris un engagement au service du mouvement. Ils participent aux activités du clan selon leur temps disponible en dehors de leurs responsabilités d’animation ou de formation.

boxe_2014

Un engagement à se former pour mieux servir

La première année, le Compagnon s’engage sur la Route EI devant l’ensemble des Compagnons réunis, en prononçant la règle de vie des compagnons et compagnes, chefs et cheftaines EI :

« Que la jeunesse créatrice de l’Éternel habite chacun de mes instants, … Que jamais ni dans les pratiques de la religion, ni dans celle de la famille ou de l’amitié, ni dans l’accomplissement de mes devoirs de citoyen(ne)s ou d’hommes/de femmes, ni dans le plus humble travail, ni dans le plus humble plaisir, les froids mécanismes de l’habitude n’éteignent en moi l’étincelle créatrice qu’y alluma le reflet de la divinité.» 

Puis son parrain de route (un aîné) lui épingle sur le rabat de la poche gauche de sa ‘houltsa son insigne de promesse de jeunesse orné maintenant d’une flamme (Ohr Israel en hébreu), symbole de son engagement.

Cette flamme symbolise l’engagement public pris à se former pour mieux comprendre le monde et les autres, et ainsi mieux servir.

L’insigne d’engagement est commun aux compagnons, compagnes, chefs et cheftaines.

EEIF_2018_engagement

Une flamme à partir desquelles le feu peut reprendre si on remet du bois, l’engagement pris à faire briller en soi « l’étincelle divine » dont parle Baden-Powell, « l’étincelle créatrice » dont parle Chef Fleg, « l’étincelle du pouvoir prophétique » dont parle rabbi Kalonymus Kalman Shapira (liste non limitative)

Comment ? Par l’action et par l’étude, « Naassé véNichma ».

Créer ses propres flammes pour éclairer son chemin.

« Va vers la lumière, éclaireur d’Israël » (chant national des EEIF)

 

 

Cinq étapes sur la route des compagnons

La route des compagnons EI propose cinq étapes qui sont autant d’opportunités pour se retrouver et partager :

 

Réseau régional d’entraide et de partage avec les groupes locaux

Les compagnons EI sont organisés en réseaux régionaux pour leurs activités et au service des groupes locaux de leur région, selon ce qu’écrivait Robert Gamzon (Castor) dans l’éditorial du premier numéro de « L’Effort », journal des Routiers EIF en 1938 : « il faut que les E.I. adultes continue à être des « Éclaireurs » au sens profond du terme, et s’occupent de toutes les oeuvres actives pour y apporter un esprit fraternel, réaliste et constructif.»

 

 

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest